Groupe SAPEC - Soutien aux personnes abusées dans une relation d'autorité religieuse












Église

 

L'Église catholique face aux abus sexuels commis par des agents pastoraux:

des avancées très importantes en décembre 2015

 

Les premiers contacts du Groupe SAPEC avec l'Église catholique furent décevants malgré un accueil bienveillant et stimulant de deux membre de la Commission « Abus sexuels dans le cadre de la pastorale » de la Conférence des évêques suisse (CES) : M. Adrian von Kaenel et M. l’Abbé Martin Werlen, commission instituée en 2002. Ni la CES ni le Nonce apostolique n’ont daigné répondre à nos courriers. Et les propos de Mgr Farine nous ont alors choqués !

 

Ce sont des prélats d’autres pays et surtout les résultats de la collaboration des parlementaires et de l’Eglise en Belgique qui nous ont apporté espoir et idées.  C'est pourquoi, nous œuvrons toujours pour la mise en place d’une commission neutre et indépendante (traitant des cas prescrits) qui puisse répondre à nos attentes: nous y sommes!

 

En effet, le communiqué de la Conférence des évêques du 3 décembre 2015 est très succinct sur la question de l’indemnisation des victimes d’abus sexuels prescrits, mais il donne trois informations très importantes pour les membres de l’Association du Groupe SAPEC (Soutien aux personnes abusées dans une relation d’autorité religieuse).

 

La création d’un fonds d’indemnisation 

En Suisse alémanique, à la différence de la Suisse romande, des commissions ecclésiales Abus sexuels existent au niveau des diocèses depuis plusieurs années. Elles reçoivent et accompagnent les victimes, y compris les cas prescrits. Mais jusqu’ici, il n’existait pas de fonds de réparation. La décision actuelle institue le principe d’une réparation pour les victimes des cas prescrits et crée un fonds pour y répondre.

 

La reconnaissance implicite de la CECAR

Le communiqué mentionne la reconnaissance de commissions ecclésiales et non ecclésiales. L’accord que Mgr Morerod et Sr Adrienne, d’une part, et le Groupe SAPEC, d’autre part, ont signé le 18 juin à Berne institue en fait une commission non ecclésiale, neutre et indépendante, la CECAR : commission d’écoute, de conciliation, d’arbitrage et de réparation. Ainsi est-il très vraisemblable que d’autres évêques ou abbés adhèrent à cet accord et que toutes les victimes de Suisse romande au moins pourront s’adresser à elle : notre deuxième étape est donc acquise !

 

La CECAR bénéficie du fonds d’indemnisation

Nous sommes très reconnaissants aux membres de la CES d’avoir admis que les victimes se présentant à la CECAR pourront être indemnisées par le fonds nouvellement créé : c’est un des problèmes important qui est réglé. Il reste évidemment à mettre en place la procédure d’écoute, de conciliation, d’arbitrage et de réparation pour pouvoir accueillir les victimes dans un espace neutre et indépendant.

 

La CES doit faire un dernier pas !

Il y a encore une troisième et dernière étape que nous attendons de la part des membres de la CES: que l’ensemble des évêques suisses proclame clairement que toutes les personnes victimes d'abus sexuels prescrits, où qu’elles habitent en Suisse, peuvent s'adresser soit à une commission diocésaine soit à une commission non ecclésiale, neutre et indépendante, en fait à la CECAR.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



© 2015-2017 Groupe SAPEC • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales