Groupe SAPEC - Soutien aux personnes abusées dans une relation d'autorité religieuse










Démarches 2010 - 2018 en quelques lignes

 

Le document Démarches 2010-2015 rappelle d’abord les circonstances à l’origine de la fondation de l’Association et les objectifs qu’elle s’est fixés alors.

 

Pour 2011-2012, il revient sur les premières recherches d’information, les demandes aux autorités religieuses romaines restées sans réponse, les démarches auprès des autorités religieuses romandes et suisses, et notamment le rapport

« Demande d'une commission romande, neutre et indépendante, d’enquête et de réparation des abus sexuels commis par des prêtres de l’Église catholique »

 

En 2013, c’est la découverte du « Modèle belge », l’ouverture de Mgr Morerod à une collaboration avec les parlementaires et la rédaction du Mémoire SAPEC 2013 destiné à les informer, qui ont permis une première rencontre du Groupe de travail tripartite : « parlementaires – représentants de l’Église catholique - Groupe SAPEC » sur les abus sexuels prescrits. Elle a eu lieu en mai 2014.

 

Le 18 juin 2015, les travaux de la Commission tripartite débouchent sur l'Accord tripartite entre l’Évêché de Lausanne, Genève et Fribourg et l’Association du Groupe SAPEC sur une commission d’écoute, de conciliation, d’arbitrage et de réparation en faveur des personnes victimes d’abus sexuels commis dans une relation d’autorité, notamment au sein de l’Église catholique.

 

Durant  l'année 2016, les membres de la CECAR, nommés en décembre 2015, ont établi un règlement, défini la procédure, choisi des conciliateurs, mis au point les outils d’information et de communication. Le comité du Groupe SAPEC a oeuvré pour que la CECAR, unique commission non ecclésiale, corresponde à l'esprit de l'Accord et soit véritablement indépendante et neutre.

 

En décembre 2016, la Conférence des évêques suisses et les congrégations religieuses ont confirmé la mise en place du fonds d'indemnisation annoncé un an plus tôt et présenté les membres chargés de le gérerLes victimes déposant une requête à la CECAR en bénéficieront aussi, cette unique commission non ecclésiale étant reconnue par la CES ainsi que la liberté de choix des victimes.

 

Début 2017, la CECAR est prête à recevoir les victimes! Il a fallu une année pour établir un règlement, définir la procédure, choisir des conciliateurs, mettre au point ces outils d’information et de communication. Le comité du Groupe SAPEC a oeuvré pour que la CECAR corresponde à l'esprit de l'Accord et soit véritablement indépendante et neutre.

 

Pour donner les informations importantes aux victimes et offrir notre aide, nous avons rédigé les sept pages CECAR sur notre site.

 

Durant 2017, nous avons lancé dès juin, notre enquête « Contribuez à faire reconnaitre, réparer et prévenir les abus sexuels dans l’Église ». Parmi les facteurs à l’origine de cette enquête, nous en avons retenu quatre : l’apport de Gabriel Ringlet et l’accord CECAR que nous voulions faire connaître d’une part, les appels de CB, une victime du Sénégal et de l'Association La Parole Libérée, ainsi que des preuves stimulantes de changements d’attitudes de prélats.

Les résultats ont été publiés à l'occasion du septième anniversaire de la fondation du Groupe SAPEC, le 22 décembre 2017.

 

En avril 2018, l’AG a notamment décidé de s’investir dans les domaines suivants :

  • Recherches sur le passé : trouver des fonds pour lancer le projet de recherche Éclairer le passé résultant de notre enquête et œuvrer pour faire connaître l’essentiel du rapport concernant les abus sexuels de Joël Allaz qui ne sera pas publié entièrement
  • Amélioration de la formation et de la sélection des séminaristes : rencontrer les évêques et les directeurs de séminaires pour connaître quels développements ils envisagent de donner à notre état des lieux sur ce sujet préoccupant.
  • Collaboration au niveau international : participer à la fondation de l’ONG  ECA Ending Clerical Abuse - Pour en finir avec les abus - présentée sous: > Nouvelles ECA.
  • Sensibilisation des catholiques : chercher à faire connaître nos préoccupations auprès des membres de l’Église catholique, notamment en cherchant des collaborations pour mettre sur pied une journée des abus / journée du souvenir ou autres signes visibles qui rappellent ces abus et la nécessité de développer la prévention.

 

 

 

 

 

 

 

 



© 2015-2018 Groupe SAPEC • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias - Création de site internet dans le Jura
Plan du siteMentions légales